Spread the love

Créer à plusieurs, ce n’est pas tellement mon truc, à la base. Disons que je n’y avais pas particulièrement pensé, ni eu l’occasion, avant les parties de RP. Du jeu de rôle à l’arrache sur Twitter, avec des auteurices rencontræs totalement par hasard et dont certain-es allaient devenir des ami-es proches. J’ai connu le Kraken Writing Club comme ça, à l’époque où il n’était pas encore le Kraken. Nos univers se sont télescopés à travers le RP, et puis… on a commencé à créer en commun. Je ne détaillerai pas cette histoire ici ; ce qui nous intéresse, c’est :

1) Qui fait partie du Kraken Writing Club ?

  • Mirabelle Aurea : Vous avez peut-être déjà vu passer son nom dans ce blog, par exemple dans le lexique de l’univers de Stanley. Parce que certains de ses personnages, notamment Ash, Kay et Lou, se sont incrustés dans la vie d’Archie David, qui les a accueillis avec bonheur. Et inversement, Archie s’est fait une petite place chez Mira, où il a une vie… disons, plus reposante que chez moi. Sinon, Mirabelle écrit de l’urban fantasy. Elle travaille sur The Daughter of Rivers and Bones, l’histoire d’Ash après sa fuite du laboratoire qui lui a volé son enfance.
  • Finley Moriartea : Son nom à lui est aussi passé dans le lexique, puisqu’un de ses personnages, Murtagh Foley, est tout simplement devenu le grand amour d’Archie. Oui oui, rien que ça ! Ça, c’est pour la piqûre de rappel et le lien avec mon univers ; parce que sinon, Finley a une multitude de projets. Il zigzague entre urban fantasy, enquête, historique, et les trois en même temps, le tout avec des explosions d’univers à n’en plus finir ! Parlez-lui du KABOOM, vous verrez ! 😀
  • Charlotte Macaron, elle, officie plutôt du côté « fanfiction » de la force, notamment sur My Hero Academia. Nos univers sont donc très différents et nous travaillons peu ensemble. Pas de bouleversement d’un côté comme de l’autre… Pour le moment !
  • Pikkulef est la créatrice de Desden, devenu un ami d’Archie avec le temps ! Dans son univers d’origine, Desden voit, ou plutôt ne voit pas, son quotidien troublé par des fantômes, des flics bizarres, des assassins et, bien sûr, Diane… Avec, à la clé, de la bouffe, parce que Desden adore cuisiner ! Il y a aussi Kalinka, son chien guide… Vous me connaissez : pour moi, c’est un très bon argument.
  • La Nonne : Là encore, peu d’interactions et de perturbations. Et pourtant, La Nonne aussi officie dans le fantastique et l’horreur ! J’ai hâte de lire son roman, d’ailleurs… En attendant, on a ses extraits sur le blog !
  • Et moi.

2) L’influence du Kraken Writing Club sur mon univers

Pour ce qui est des deux premiers tomes de Stanley n’est pas mort, les univers de mes ami-es n’ont pas eu d’influence directe, pas consciente du moins. Ces univers et personnages n’interviennent ni dans Les Hurlements noyés, ni dans Les Pleurs du Vide. Pour le tome 3… Je ne suis pas encore fixé sur la période de la vie d’Archie qu’il recouvre, mais je doute qu’il soit impacté. Et pour les deux tomes précédents, la question ne se pose pas, puisque Archie n’y apparaît pas. (Et encore, il a failli se pointer dans Les Pleurs du Vide en 2020, le bougre !) En y réfléchissant, j’ai peut-être un lien trop intime avec Stanley n’est pas mort pour le mêler à autre chose… A moins qu’il ne devienne symbole d’ouverture au monde ? Je ne sais pas.^^

En revanche, question spin-offs… Murtagh Foley apparaît dans le roman qui s’appelait Lucian dans sa première mouture. Le couple Archie/Murtagh m’a donné des perspectives complètement différentes pour mon personnage. Alors oui, prendre en main la création de quelqu’un-e d’autre, c’est compliqué. Mais Finley m’a dit que je m’en sortais bien avec la sienne ! Quant aux personnages de Mirabelle, ils apparaîtront eux aussi, c’est acté, c’est sûr, ça ne peut pas se passer autrement. D’autant qu’il est possible qu’Archie ait des souvenirs d’eux depuis… longtemps ?

Bref c’est un immense bazar de timelines qui se télescopent ou restent obstinément parallèles, selon leur volonté. Pour l’imagination, c’est extrêmement stimulant. Tellement stimulant que nous perdons encore plus souvent le contrôle qu’avant, je crois bien. Oui, nous sommes auteurices jardinièr-es, et on s’éclate, vous n’avez pas idée !

La question du partage d’univers au Kraken Writing Club

Allez, le point « question sérieuse » de l’article.

Parce que, forcément, on s’est posé la question : comment on s’en sort avec le droit d’auteur, alors ? Écoutez, c’est l’une des raisons pour lesquelles je préfère l’autoédition à l’édition classique : je peux faire ce que je veux de mon univers. Si je veux le prêter, je le prête ! Je suis très souple sur les questions de propriété intellectuelle. Ce n’est pas une notion qui me parle, c’est même plutôt le contraire. Si on ne vivait pas dans une société capitaliste, je pourrais mettre toute ma production sous licence libre et ça ne m’empêcherait pas de vivre. Cela dit, je demande toujours l’autorisation aux autres si je veux bidouiller dans leurs mondes ; ce sont les leurs, iels ont un lien plus ou moins intime avec eux… Bref, totalement compréhensible.

Je ne sais pas si je me serais lancé dans cette aventure, même par jeu, avec des personnes en qui je n’aurais pas eu entièrement confiance. Au Kraken Writing Club, la communication sur le sujet est de mise. Je ne peux que vous conseiller de bien vous entourer et de parler, parler, parler encore, si vous voulez tenter l’expérience. Et pour le RP, même chose. On reparlera du RP, un de ces quatre !

D’ailleurs, écrire ces lignes me fait réfléchir à un truc : puis-je vraiment vendre mes spin-offs, gagner de l’argent dessus, s’ils comportent des personnages qui ne sont pas les miens, même avec l’accord des auteurices ? Quelque chose me gêne, là-dedans. Peut-être le principe de toucher de l’argent alors qu’on m’a offert gratuitement (pléonasme bonjour) une porte d’entrée dans ces mondes. D’où l’importance, sans doute, que mon « noyau dur », la trilogie Stanley n’est pas mort, reste à part. Mais rien ne m’empêche de mettre les spin-offs concernés à disposition… ? Je ne sais pas. J’en discuterai sans doute avec le Kraken !

Le mot de la fin

Dans tous les cas, vous avez des tas de crossovers sur le site du KWC, souvent très courts, parfois écrits rapidos entre deux cafés, existant uniquement au nom de l’amusement et de l’émulation collective. De mon côté, j’ai dépublié Lucian pour le moment, histoire de pouvoir retravailler dessus suite aux… explosions récentes ? Il y a eu du changement, oui. C’est normal, avec les premiers jets ! Mais voilà, j’ai hâte de vous reparler de mon processus créatif, parce que ça fait partie de ce que je préfère sur ce blog.

Merci à vous d’avoir lu jusque-là ! Ne suivez pas la lumière, mais suivez le Kraken !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.